Billets d'Opéra à Rome

Teatro dell'Opera di Roma


III (Poltrone di Platea), € 187



Les Puritains, Opéra de V. Bellini

Les Puritains, Opéra de V. Bellini

Les Puritains (I Puritani) est né de la longue histoire d’amour de Vincenzo Bellini avec Paris, une ville qui l’a envoûté par la richesse de sa vie sociale et culturelle. Il s’agit de l’opéra ultime de la courte vie du compositeur italien, mais sa charge musicale et politique en fait une conclusion puissante à la brillante carrière du maestro. Les Puritains est créé au Théâtre-Italien de la capitale française le 24 janvier 1835 sous les acclamations enthousiastes de la critique et du public. Le Teatro dell’Opera di Roma de la Ville éternelle fait revivre le dernier joyau de la couronne lyrique de Bellini, en permettant à cette œuvre de scintiller avec une passion, une charge émotionnelle et une énergie compositionnelle qui démontrent clairement sa longévité dans le répertoire.

À l’époque où il reçoit la commande d’un nouvel opéra, Bellini profite du style de vie parisien depuis près de six mois. Il se lance rapidement dans la quête difficile d’un livret, qui s’avère plus compliqué à obtenir que prévu. Dans son cercle social, il trouve le comte Carlo Pepoli, un poète à gages expatrié italien qui n’a jamais écrit de livret auparavant, mais qui compense son manque d’expérience par des opinions politiques tranchées et des vers enflammés. Les deux hommes s’attellent sans tarder à l’adaptation d’une pièce sur la guerre civile anglaise écrite par Jacques-François Ancelot et Saintine, intitulée Têtes rondes et Cavaliers. Comme Pepoli se révèle être un collaborateur lent et contrariant, Bellini a l’occasion de contribuer à la fois à la musique et au texte dramaturgique des Puritains, le produit final mettant en lumière les nombreux talents du compositeur.

Les Puritains nous embarque pour un voyage dans l’Angleterre des années 1640, au moment où la guerre civile entre les royalistes et les puritains touche doucement à sa fin. Le deuxième camp, sous le commandement d’Oliver Cromwell, est en effet sur le point de déclarer victoire. Sur cette toile de fond politique, un triangle amoureux entre Elvira, Sir Arturo Talbo et Sir Riccardo Forth prend forme. Les deux hommes appartiennent aux différentes factions ennemies et la jeune femme est déchirée. Alors que les passions personnelles et politiques bouillonnent, Elvira commence à perdre la tête. Qui sait combien de temps encore elle parviendra à ne pas sombrer dans la folie ? Dans Les Puritains, Bellini explore les luttes romantiques intimes et sociétales avec son style musical expressif caractéristique. Ses mélodies incendiaires se marient parfaitement aux paroles tranchantes de Pepoli et créent un opéra dramatique véritablement captivant qui fera trembler les murs du Teatro Costanzi.




image Opéra de Rome / Silvia Lelli / Teatro dell'Opera di Roma