Billets d'Opéra à Rome




    Fra Diavolo, Opéra de Daniel-François-Esprit Aubert

    Fra Diavolo, Opéra de Daniel-François-Esprit Aubert

    La littérature est, presque toujours, la source d’inspiration des grands opéras. Fra Diavolo est toutefois différent. Frère Diable est en effet le pseudonyme de Michele Pezza, un vaurien sans pitié ayant un goût prononcé pour le meurtre et le pillage qui a réellement existé. Ses qualités de brigand se sont en fait révélées nécessaires pour défendre le royaume de Naples contre les forces d'invasion napoléoniennes. Malgré son incapacité à faire la distinction entre le bien et le mal, Pezza et ses succès militaires contre les Français sont entrés dans la légende.

    Entre les mains expertes du librettiste Eugène Scribe, Pezza est devenu une figure giovannesque et l'antihéros idéal pour le savoureux opéra-comique de Daniel-François-Esprit Auber. Vu l'aura qui entourait Pezza, il ne fait aucun doute que la première de Fra Diavolo le 28 janvier 1830 dans la Salle Ventadour de l'Opéra-Comique de Paris ait suscité l'enthousiasme et les attentes du public. À cette époque, les libertins et leurs exploits étaient en effet une sorte de plaisir coupable autant pour les amateurs de théâtre que pour les passionnés d'opéra.

    Le Fra Diavolo de Scribe est un voleur de grand chemin que l’on pourrait presque qualifier de kleptomane. Sa poursuite d'un couple de vacanciers anglais, Lord Cockburn et son épouse Lady Pamela, les amène tous les trois à l'auberge de Terracine. Zerline, la fille de l'aubergiste, est mécontente du mari que son père lui a choisi. Elle aurait préféré épouser Lorenzo, un soldat qui ne demanderait pas mieux que d'attraper Diavolo.

    Déguisé en marquis, ce dernier ne peut s'empêcher de voler. Tout d'abord, le médaillon de Lady Pamela, puis la dot de Zerline. Cachés dans la chambre de la jeune fille, Giacomo et Beppo, les deux complices du bandit, s'avèrent lui apporter plus de problèmes que d'aide. Le chaos s'ensuit mais Diavolo parvient à s'échapper de justesse. À présent sans le sou, Zerline est confrontée à la perspective d'un mariage sans amour, à moins que Lorenzo réussisse à trouver Diavolo et à récupérer sa récompense.

    La qualité de l'humour dans Fra Diavolo est telle qu'entre sa première représentation et 1907, il a été joué plus de neuf cent fois à l'Opéra-Comique. Même Laurel et Hardy, considérés par beaucoup comme le meilleur duo comique de tous les temps, ont créé leur propre version de l'opéra dans le film de 1933 Fra Diavolo, aussi connu en anglais sous les titres The Devil's Brother ou Bogus Bandits.

    La musique d'Auber s'adapte comme un gant à la narration. Insolente et espiègle, emplie d'ombre et de lumière, la bande-son du compositeur s'associant au brillant livret de Scribe est tout ce que devrait être le théâtre musical. Remarquable notamment pour son incroyable ensemble vocal, Fra Diavolo est aussi drôle et mélodieux que n’importe quelle œuvre de Rossini ou Mozart, garantissant un merveilleux moment à tous ceux qui viennent y assister au Teatro Costanzi, l'Opéra de Rome.




    image Opéra de Rome / Silvia Lelli / Teatro dell'Opera di Roma