Billets d'Opéra à Rome

Terme di Caracalla


Poltronissima, € 98
Settore A, € 73
Settore B, € 48
Settore C, € 37



Roméo et Juliette, Terme di Caracalla

Roméo et Juliette, Terme di Caracalla

À son retour dans l’Union soviétique en 1936, après presque vingt ans d’exil auto-imposé, Sergueï Prokofiev est déterminé à marquer les esprits. Il accepte une commande du Théâtre du Kirov à Léningrad (aujourd’hui le Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg) pour composer un ballet et a la ferme intention de le rendre hors du commun. Avec cet objectif en tête, Prokofiev envisage plusieurs récits épiques bouleversants, tels que Tristan et Iseut ou Pelléas et Mélisande. Toutefois, au lieu de faire concurrence à Richard Wagner et Claude Debussy respectivement, le maestro russe décide finalement de baser son retour soviétique sur le Roméo et Juliette de Shakespeare, l’histoire d’amour tragique probablement la plus célèbre de tous les temps.

Après avoir choisi sa source d’inspiration, Prokofiev produit rapidement une partition pour piano annotée, dans laquelle figurent déjà les motifs caractéristiques du ballet. Il est à signaler que le compositeur et son librettiste Adrian Piotrovski ont pris de grandes libertés par rapport à l’histoire originale de Shakespeare, choisissant plus particulièrement de lui donner une fin heureuse, Roméo et Juliette restant en vie et dansant de bonheur. En raison des répressions politiques continues contre l’élite artistique soviétique en 1936-1937, Roméo et Juliette est créé à Brno, dans l’ancienne Tchécoslovaquie, le 30 décembre 1938.

Si Roméo et Juliette connaît le succès dès sa première quelque peu difficile, la censure soviétique est impitoyable et force Prokofiev à apporter des modifications importantes à la musique et à l’intrigue. Par conséquent, la version présentée pour la première fois au Théâtre du Kirov en 1940 est plus fidèle au récit original de Shakespeare et se conclut par la fin tragique classique. Cette incarnation finale de Roméo et Juliette illumine aussi la scène des Terme di Caracalla de Rome cette saison.

Malgré sa confrontation inattendue et pénible avec la censure soviétique et l’intrigue politique de l’époque, Sergueï Prokofiev a réussi à créer le ballet classique qu’il avait imaginé. La partition de Roméo et Juliette est l’une de ses œuvres les plus reconnaissables et évocatrices. Elle est probablement plus célèbre pour les arpèges ascendants et descendants menaçants de la Danse des chevaliers, la mélodie enivrante et aérienne de la Scène d’amour de Roméo et Juliette ou le thème tragique des « Funérailles de Juliette ».

Entre ces extrêmes musicaux et émotionnels, les efforts de composition et d’orchestration de Prokofiev sont un coup de maître dans la caractérisation et la variabilité stylistique. Les différents personnages reçoivent des traitements musicaux distincts et atmosphériques : les mélodies des amants s’envolent et touchent le cœur, les scènes des familles ennemies sont ponctuées de motifs ressemblant à des marches militaires et les personnages comiques dansent sur des airs idéalement décalés. Contre toute attente, le Roméo et Juliette de Sergueï Prokofiev est un chef-d’œuvre intemporel que vous pouvez voir prendre vie à nouveau aux Thermes de Caracalla.



image Baths of Caracalla (Terme di Caracalla) / Photo by C.M. Falsini